à savoir avant de partir à l' Île de la Réunion 


Situation géographique et politique


L'île de la Réunion est située dans l'Océan Indien, à 660 km à l'est de Madagascar. Géographiquement elle est rattachée à l'Afrique. La Réunion forme l'archipel des Mascareignes avec l'île Maurice et Rodriques. Elle mesure 50km par 70.
La Réunion est formée par 2 volcans : le Piton des neiges, un des plus grands volcans du monde avec sa base marine à 4000 m de profondeur et 3069 m au dessus du nie vau de la mer, endormi depuis 20 000 ans, et le piton de la Fournaise qui s'épanche depuis 350 000 ans.

C'est une ville volcanique plus jeune que la chaîne des îles qui l'ont précédée dans le mouvement allant de l'Afrique à l'Asie.
Là, les volcans se sont peu à peu érodés et affaissés, la barrière de corail a eu le temps de se former et de créer des lagons protégés de la houle de l'Océan Indien.
Telles sont les îles des Maldives, par exemple, et dans une moindre mesure l'île Maurice.

La barrière de corail à la Réunion est encore embryonnaire.

A la Réunion, on distingue plusieurs régions :
le Nord, avec Saint Denis comme ville principale,
l'Ouest la mieux abritée des pluies (côte sous le vent), St Gilles est la ville typique,
le Sud, plus sauvage, avec St Pierre sa capitale
L'est, la côte au vent, qui reçoit le plus de précipitations.

A cela il faut ajouter les pics ou pitons montagneux, volcans dont le piton de la fournaise qui est actif, et les cirques issus d'éfrondrements.

Cela fait que les paysages et les climats sont extrêmement diversifiés par rapport au territoire de 2512 Km2. La végétation est dense et très variée.

L'île de la Réunion est un département français d'outre mer, la préfecture est St Denis, sous préfecture : St Pierre.

Elle compte 780 000 habitants.


Religions

Les catholiques sont majoritaires avec 86% de la population, le reste est partagé entre les hindouistes, bouddhistes et les musulmans.


Histoire

Elle ne commence que dans la seconde moitié du 17eme siècle.
Auparavant l'île fut découverte par différents navigateurs qui lui donnèrent des noms différents. Ils furent d'origine Arabes, puis Portugais, Hollandais ou Anglais.

1638 : arrivée des Français à Mascarin.

1646 : exil de 12 mutins sur l'île.

1649 : l'île est nommée Bourbon, en l'honneur du roi de France
en 1675, l'île ne compte qu'une centaine de colons, dont des Malgaches et des Indiens. Ils sont chargés par la compagnie des Indes orientales d'élever du bétail et de cultiver pour ravitailler les navires de passage. L'île compte 280 habitants en 1680.

1715 : introduction de la culture du café.

1735 : Mahé de la Bourdonnais est nommé gouverneur de l'île Bourbon et St Denis devient la capitale.

1764 : la Cie des Indes est remplacée par l'administration royale.
L'île compte 35 500 habitants en 1780, notamment grâce à l'esclavage légalisé par le code noir de 1723. On y cultive le riz, le blé et les épices sont introduites.

1793 : sous la révolution, l'île devient la Réunion.
1806 : un court instant elle se nommera l'île Bonaparte.

1810 : les Anglais prennent l'île qui redevient Bourbon. Mais rien ne change.

1815 : l'île redevient française par le traité de Paris
en 1817, Charles Desbassyns installe une sucrerie à vapeur. Les caféiers, girofliers et les production vivrières sont arrachés et on plante de la canne à sucre à la place, pour répondre aux besoins de la France suite à 25 années de guerre. L'île devra importer les vivres.

1848 : abolition de l'esclavage. Les esclaves continuent de travailler pour leur ancien maître, mais sous contrat. On fait venir des travailleurs Malgaches et Indiens, ainsi que des Chinois et des Comoriens.
Suite à la conquête de Madagascar, l'île n'intéresse plus la France.
Pour éviter une crise économique dans les Hauts, on défriche et le géranium et le vetiver est cultivé, afin de produire de l'essence pour la parfumerie, avec succès. C'est toujours une production vivace.

Hubert Delisle entreprend de grands travaux, route et ponts sont construits, mais l'île manque d'un grand port.
En 1882, le chemin de fer relie St  Benoit et St Pierre (est et sud-ouest).
L'île s'appauvrit néanmoins suite à l'effondrement des cours du sucre. Le paludisme, les épidémies de peste, de choléra se succèdent jusqu'en 1920.

1946 : La Réunion devient département français d'outre-mer

1981 : 1ere radio et télévision libre : radio et télé freedom émettent en pirate. L'interdiction amènera les émeutes du chaudron en 1991.

2005 : épidémie du chikungunya qui a duré une année (de mars à mars), un quart de la population est touchée.

début 2007 : création du Parc national de la Réunion.


Décalage horaire

+ 3 heures en hiver et + 2 h en été


Formalités

Pour les ressortissants français ou de la communauté européennes, la carte d'identité ou le passeport sont suffisants.

Argent

L'euro à cours, et la carte bancaire est acceptée partout. Des distributeurs existent également.
Les chèques hors place (non payables à la Réunion), ne sont pas acceptés.

Electricité, Téléphone, Internet

220v, 50 hz, prises à fiches rondes.
le GSM fonctionne avec les opérateurs français.
indicatif : 02 62.

Internet est disponible en ADSL, avec un débit de 512 kbps.
Les accès en 3G se multiplient, et des packages existent avec des e pc (SFR et Orange).

Transports, circulation

Conduite à droite, les routes sont en très bon état, avec plus de 2800 km de routes goudronnées.
Les bus sont nombreux et sillonnent l'île un peu partout.

Sauf dans le cirque de Mafate où il n'y a pas de route, ni goudronnée ni autre, et où il n'y a aucun transport motorisé.


Nourriture, restauration

La diversité du peuplement a favorisé une diversité de la cuisine, avec un mélange tel qu'on ne le trouve partout ailleurs. Les recettes des différents peuples ont été accommodées au fil des années.

On y mange le rougail (rougail saucisses), le cari poisson, le thon mi-cuit, du poulet rôti, du riz blanc accompagné de grains : lentilles, haricots en sauce, de la truite, de l'espadon, de la daurade, du chouchou (christophines ou chayotte), des ignames, de la patate douce, de l'arbre à pain, mais aussi des pizzas.
On y trouve des laitages et du fromage produit sur place.
Le pain est le même qu'en métropole.
On y produit du thé et du café local.
Le rhum le plus connu est le rhum Charette, il titre 59°. Les rhums arrangés sont légions et chacun y va de sa recette.

Langue

On parle français partout, mais le créole est parlé par les réunionais. Certains mots locaux sont employés dans le langage courant.

  • - Achards : légumes et piments rapés dans de l'huile, servis en condiment.
    - Bonbon : sucrerie ou gâteau salé
    - Bonbon piment : beignet salé au curry fait avec des pois, très peu pimenté
    - boucané : lard fumé
    - bouchon : boulette de viande enrobée de riz
    - brèdes : toute plante dont on consomme les tiges et les feuilles (en potage ou en fricassée)
    - cachalot : gros camion chargé de cannes à sucre
    - Cafre : noir
    - camaron : grosse crevette
    - Case ou Kaz : maison créole
    - chouchou : légume vert (se mange en purée ou en gratin) : chayotte ou christophine
    - combava : petit fruit vert utilisé en cuisine en remplacement du citron (goût beaucoup plus prononcé)
    - dodo : nom usuel de la bière Bourbon
    - giraumon : citrouille
    - grains : légumes secs (haricots, lentilles), accompagne le cari
    - îlet : village isolé sur un plateau dans les cirques
    - lontan : autrefois
    - marmaille : enfants (sentier marmaille : sentier facile)
    - massalé : mélange d'épices d'origine indienne (pimenté)
    - pistache : cacahuète
    - rempart : falaise à pic
    - Pei : prononcer pays (jambon pei...)
    - zamal : cannabis
    - zoreil : français de métropole

    - argent braguette : allocations familiales
    - bonbon la fesse : suppositoire
    - chauffe galet : fénéant (toujours assis)
    - coco : la tête
    - coup de sec : verre de rhum
    - faire dentelle : faire des manières
    - lé gayar : bon, super,
    - ladi lafé : cancans, racontars
    - pile plate : flasque de rhum
    - poulet gasoil ou poulet le route : poulet rôti vendu au bord de la route
    - ral-poussé : bousculade, provocation

La musique à la Réunion

Les réunionais. aiment faire la fête et les occasions pour écouter de la musique ne manquent pas. Découvrez les styles historiques :

Le Maloya avec Groove Lele
Le Séga avec Manyan
Le Reggae avec VerZonRoots

samoussas
Samoussas
bonbon piment
Bonbons piment

goyaviers
goyaviers.




Partez à la Réunion avec Corsair









Mackoo un Guide des Voyages